Receveuse d’ovules

Introduction:

La première grossesse et le premier accouchement obtenus par don d’ovules ont été connus par la publication de groupes australiens en 1983 et 1984 respectivement. Depuis lors, le nombre de traitements réalisés avec cette technique a augmenté exponentiellement, vu qu’il y a de plus en plus de couples qui correspondent aux indications médicales pour l’utiliser.

L’un des facteurs les plus importants qui influe sur le besoin croissant du recours au don d’ovules est l’âge plus avancé en moyenne de la femme désirant sa première grossesse. Actuellement, en Espagne, l’âge moyen de la femme lors de son premier accouchement est de presque 32 ans, et c’est quasiment la même chose dans la plupart des pays européens. L’âge avancé de la femme est l’une des indications principales, mais non la seule, vu que l’expérience au fil des ans a élargi l’éventail des patientes qui bénéficient du don d’ovules. Aujourd’hui, le don d’ovules est la Technique de Procréation Assistée avec le taux de grossesse le plus élevé, indépendamment de l’âge de la receveuse.

Indications:

Les indications établies pour le don d’ovules sont les suivantes:

  1. Ménopause: naturelle ou iatrogène
  2. Insuffisance ovarienne
  3. Âge avancé: ndépendamment de la fonction ovarienne
  4. Échecs répétés de cycles de Fécondation in vitro (FIV) avec ses propres ovocytes
  5. Génétique

Processus médico-laboratoire biologique:

En parlant de don d’ovules, nous parlons de la réalisation d’une FIV. Du point de vue technique, nous suivrons les mêmes procédés que pour une FIV avec des propres ovocytes, c’est-à-dire que nous obtiendrons des ovules et des spermatozoïdes, nous les féconderons in vitro pour former des embryons que nous cultiverons en laboratoire, et nous les injecterons dans l’utérus (transfert). Cependant, il y a des différences:

  • Biologiques: Les ovocytes qui seront fécondés proviennent d’une donneuse et non de la patiente.
  • Médicales:
    1. Stimulation ovarienne-Ponction folliculaire: sera réalisée sur la donneuse d’ovules.
    2. Préparation endomètre-transfert: Sera réalisée sur la receveuse.

Synchronisation donneuse-receveuse:

Jusqu’à l’apparition de la technique de vitrification, la congélation d’ovocytes n’était pas techniquement possible avec de bons résultats, par conséquent, quand nous parlions de don d’ovules, nous parlions d’ovocytes frais. Aujourd’hui, il est possible de vitrifier les ovules en ayant pour résultat des taux de fécondation et de grossesse semblables à ceux des ovocytes frais.

Disposer d’une banque d’ovules, de la même façon que l’on dispose d’une banque de sperme, facilite et simplifie beaucoup la planification du traitement de la receveuse, dans la mesure où nous pouvons connaître des semaines ou des mois à l’avance la date du transfert des embryons.

Cependant, si le don se réalise avec des ovules frais, les dates sont approximatives vu qu’elles dépendent de plusieurs variables : jour des règles de la donneuse, durée de la stimulation, etc.

Traitement de la receveuse:

Le traitement pour la receveuse d’ovules consiste en la préparation de l’endomètre pour l’implantation des embryons. Il est important de savoir qu’il doit y avoir synchronisation entre les jours de vie de l’embryon ou embryons et les jours de phase sécrétoire de l’endomètre. En règle générale, si l’embryon a 2 jours de vie, l’endomètre doit avoir été 2-3 jours sous l’action de la progestérone. Si l’embryon a 3 jours de vie, l’endomètre doit avoir été 3-4 jours… et ainsi de suite.

Début PG Transfert

Ce soir

EJ Embryon à J+2 —————————-0——-1—–2————–

Si on utilisait un cycle naturel de la receveuse et un cycle stimulé de la donneuse simultanément, il est beaucoup plus compliqué de bien planifier le traitement, et il faudrait transférer les embryons à un moment non nécessairement adéquat de l’endomètre pour la bonne implantation. C’est la raison pour laquelle on choisit de travailler sur un cycle artificiel dans la plupart des cas. Pour les cycles artificiels, il y a plusieurs options possibles, qui dépendent du type d’organisation du programme de don d’ovules.

Différentes options de traitement:

  1. Cycle naturel: Comme nous venons de le dire, la planificationn est difficile, même dans les cas où ce sont des ovocytes vitrifiés qui sont utilisés, puisque la receveuse doit se soumettre à des échographies et à des analyses de sang quotidiennes (parfois même 2 fois par jour), à partir d’une certaine phase du cycle, pour déterminer le moment exact du début de production de progestérone.
  2. 2. Thérapie hormonale substitutive (THS): Cela consiste au début en de fortes doses d’œstrogènes par voie orale ou transdermique à partir du premier jour du cycle sur des patientes avec fonction ovarienne. La durée de cette phase folliculaire peut être variable, et l’on ajoute de la progestérone par voie vaginale le jour de la récupération ou de la dévitrification ovocytaire.

L’inconvénient, c’est que chez des patientes avec fonction ovarienne, il peut y avoir des pertes ovulatoires spontanées, ce qui produirait des changements sécrétoires précoces dans l’endomètre impliquant une impossibilité d’implantation due à une asynchronie endomètre-embryon.

  1. THS plus blocage hypophysaire: Consiste en l’application d’un agoniste de la GnRH (normalement sous sa forme libération prolongée) dans la phase lutéale du cycle, précédent. On commence la THS comme dans le chapitre précédent. L’avantage de ce protocole, c’est que le blocage hypophysaire nous permet de prolonger la phase folliculaire artificielle pendant 7 semaines sans que cela ne se répercute négativement sur les taux de grossesse, ce qui facilite beaucoup la synchronisation avec la donneuse, dans le cas de don d’ovules frais.
  2. Contraceptifs oraux + GnRHa LP + THS: Consiste en la programmation de l’agoniste dans un cycle contrôlé avec. Indiqué principalement chez des femmes avec des cycles irréguliers ou avec insuffisance ovarienne mais pas encore ménopausées.

Les produits commerciaux utilisés dans la préparation et les doses sont:

*Produits les plus utilisés

  1. GnRH agoniste LP:
  • *Triptoréline 3 ou 3.75 mg par voie intramusculaire (IM) Decapeptyl®
  • Triptoréline par voie sous-cutanée (SC) ou IM Gonapeptyl®
  • Leuproréline 3.75 mg IM ou SC Enantone®
  • Goséréline 3.6 mg par voie SC Zoladex®
  1. Œstrogènes
  • * Valérate d’Oestradiol 1-2 mg : Progynova®, Meriestra®,Provames® – Dose : 6 mg par jour par voie orale (3mg toutes les 12 heures ou 2mg toutes les 8 heures).
  • * Oestradiol transdermique 75 mcg : Vivelledot®, Estradot®, Estraderm® – Dose : 150 mcg (2 patchs) via sous-cutanée tous les 3 jours.
  1. Progestérone
  • * Progestérone micronisée 100-200 mcg : Utrogestan®, Progeffik® – Dose : 400 mcg /12h via vaginale
  • • Gel de progestérone : Crinone 8%® – Dose : 1 applicateur/ 12h
  1. Progestérone intramusculaire – Dose: 50 mg /24h IM
  1. Appariement donneuse-receveuse: Le critère prioritaire à prendre en compte pour l’assignation d’une donneuse, ce sont les caractéristiques physiques ou phénotype. En respectant la loi espagnole, on essaie de trouver la plus grande ressemblance phénotypique entre donneuses et receveuses (race, couleur de la peau, couleur des cheveux et des yeux…) pour faciliter la meilleure intégration du futur enfant dans son environnement. Faire un appariement par groupe sanguin n’est pas médicalement important ; cependant, dans la mesure du possible, on essaiera qu’il en soit ainsi. Il faut également tenir compte du groupe sanguin du partenaire pour savoir quel groupe ou quels groupes concordent avec le sien et ils ne doivent pas nécessairement coïncider avec le groupe sanguin de la receveuse. Sont considérés comme groupes sanguins concordants tous ceux qui peuvent être possibles d’un point de vue biologique après la combinaison de deux groupes sanguins différents.

 

Dernière Mise À Jour: novembre 2017