Le Groupe et le RH du/de la donneur/-se doit-il être concordant avec celui de la femme/homme/couple receveur/-se

Sont considérés comme groupes sanguins concordants tous les groupes qui peuvent être possibles d’un point de vue biologique après la combinaison de deux groupes sanguins différents. Ainsi, deux géniteurs ayant, par exemple, un groupe sanguin A+ et B+ respectivement, pourront engendrer naturellement un enfant du groupe 0-. C’est-à-dire que la « concordance du groupe sanguin » ne signifie pas « l’égalité du groupe sanguin ». Le but fondamental au moment de sélectionner la donneuse d’ovules est qu’il y ait similitude phénotypique, c’est-à-dire une ressemblance physique avec la receveuse pour faciliter l’intégration du nouveau-né dans sa famille et dans son entourage social, ce qui est conforme à la loi de procréation assistée en vigueur en Espagne.

La Clinique EUGIN suit cette politique, et dans la mesure du possible, fera en sorte que l’assignation de donneuses soit de groupe et RH concordants. Cependant ce ne sera obligatoire que dans certains cas d’un point de vue médical. Comme dans le cas où une femme est Rh négatif et est iso-immunisée (elle a des anticorps face au Rh) par une grossesse préalable Dans ces cas-là, il faudrait l’assignation de donneuses avec Rh négatif. Dans des cas où, par exemple, la femme est Rh négatif et n’a pas d’iso-immunisation Rh o, même si son partenaire masculin est Rh positif, l’assignation de donneuses Rh négatif ne serait pas nécessaire. Dans les autres cas, il n’y a pas d’indication médicale stipulant de façon obligatoire la concordance avec le groupe et le Rh dans la mesure où il faut tenir compte des considérations suivantes:

  • Le risque pour le nouveau-né dans le cas du groupe ou Rh non concordant est quasiment nul sauf pour ceux d’iso-immunisation comme nous venons de le voir.
  • Le groupe et le Rh ne figurent actuellement sur aucun document officiel (document officiel d’identité, passeport, etc.) parce que cela entraînait beaucoup d’erreurs dans la politique de transfusion. Lorsqu’on a besoin de sang, le groupe sanguin est déterminé sur le coup. Par conséquent, actuellement, cette donnée du patient n’est connue que s’il le communique dans les informations d’ordre privé.
  • Lorsqu’il n’y avait pas de tests de paternité fiables, le groupe et le Rh étaient une manière imprécise de déterminer si un enfant n’était pas l’enfant biologique des deux parents. Cependant, aujourd’hui, les tests de paternité analysent des fragments d’ADN et sont d’une fiabilité quasi absolue. Ces examens ne peuvent pas être réalisés sans le consentement de la personne impliqué, sauf par mandat judiciaire.

Pour toutes ces raisons, le programme de don d’ovocytes de la Clinique EUGIN considère la ressemblance physique donneur/-se-receveuse comme étant prioritaire par rapport au groupe et au Rh au moment de sélectionner la donneuse d’ovules ou du donneur de sperme.