La liste de médicaments pour la donneuse contient une dose excessive pour des femmes jeunes ou ne cadre pas avec un cycle de stimulation

En ce qui concerne les médicaments que doit prendre la donneuse, notre système repose justement sur une préoccupation d’équité entre nos patientes, et sans but lucratif. Par exemple, si une patiente doit annuler parce que sa donneuse qui a été ponctionnée a obtenu 3 ovocytes matures, au lieu de lui demander d’annuler le traitement et de tout recommencer, notre système nous permet de profiter de la préparation de l’endomètre commencée et de faire en sorte que cette patiente soit prioritaire lorsque se présentera une donneuse possédant ses caractéristiques. En suivant la logique des médicaments que doit prendre la donneuse, cette patiente devra alors payer deux fois les médicaments puisqu’il y a eu deux donneuses stimulées et ponctionnées pour elle. Il en sera de même si on annule une donneuse pendant la période de stimulation si elle ne répond que trop faiblement à la stimulation.

Cependant, nous ne pensons pas que ce soit le système le plus juste. Il faut ajouter à cela, ce qui est un avantage, qu’a partir d’une troisième tentative, les patientes ne fournissent plus les médicaments pour la donneuse, c’est la clinique qui les prend en charge. C’est pour cela que le traitement que vous apportez ne correspond pas à un cycle de stimulation complet d’une donneuse ; avec les médicaments pour la stimulation, la frénation, l’ovulation et les traitements antibiotiques préalables à la ponction, vous faites, ainsi que toutes les autres patientes, une contribution à un « pool de solidarité », la clinique s’occupe du reste. Les doses des stimulations de ces donneuses ne sont pas les mêmes pour toutes : certaines auront besoin de moins de médicaments, d’autres de plus. Nous pensons qu’il s’agit d’un système plus équitable pour nos patientes.