Eugin participera au développement de la technique du transfert de mitochondries

Le Dr Rita Vassena, le Prof. Mary Herbert et le Dr Meenakshi Choudhary, dans le laboratoire d’Eugin

La Clinique Eugin participera au développement de la technique du transfert de mitochondries, qui combine l’ADN des deux géniteurs avec la mitochondrie saine d’une donneuse.

La Clinique Eugin, un des principaux centres de PMA en Europe, a mis ses ressources techniques et humaines au service de l’équipe de recherche de l’Université de Newcastle. “Notre principale préoccupation est de garantir la santé du bébé. C’est à cette fin que nous orientons les traitements de fertilité et que nous collaborerons avec ce groupe de chercheurs afin d’éviter la transmission de maladies graves”, a déclaré la directrice scientifique d’Eugin, le Dr Rita Vassena, lors d’une rencontre avec plusieurs médias à Barcelone.

Après avoir visité le laboratoire d’Eugin, et au cours d’une conférence de presse, le Professeur Mary Herbert et le Dr Meenakshi Choudhary –membres de l’équipe scientifique de Newcastle qui développe la technique- ont insisté sur le fait que leur objectif principal est de “prévenir la transmission de maladies liées à l’ADN mitochondrial”.

Au Royaume-Uni, chaque année, quelque 150 femmes donnent naissance à des bébés atteints par ce type de pathologies qui se transmettent par voie maternelle. En Espagne, le chiffre tourne autour de la centaine. “Les altérations au niveau de la mitochondrie, la réserve énergétique de la cellule, provoquent des dommages neurologiques et musculaires irréversibles ”, a expliqué le Professeur Herbert.

Le 3 février dernier, la Chambre des communes britannique a fait le premier pas pour autoriser l’utilisation future de cette technique, qui a largement été testée auprès des primates. Selon le Professeur Mary Herbert, “il s’agit d’une grande opportunité pour réduire la souffrance de ceux qui souffrent de ces maladies”.